Heading

« Moi, Elisabeth »

Résumé du livre " Moi, Elisabeth  "

« Moi, Elisabeth » est la suite captivante de « Sekerim »
Élisabeth, femme forte, pleine de sagesse et de confiance en elle, a fait face à son
destin avec hardiesse et conscience. Elle s’est confrontée courageusement à de
nombreuses épreuves qui ont commencé en 1922 avec le décret de Mustapha Kemal ordonnant l’expulsion obligatoire des Grecs des villages hellénophones de Cappadoce.
Elle s’est installée avec sa famille à Constantinople, vivant dans un climat de peur et sous les attaques quotidiennes des fanatiques Jeunes Turcs. A la suite de la
Convention de Lausanne signée le 23 juin 1923 et les échanges de populations
conséquents, sa famille s’est trouvée réfugiée politique à Thessalonique, puis
à Chalkida en 1924. 
Pendant la dure période de la Deuxième Guerre Mondiale, la famille s’est retrouvée dans un village de Thessalie, né de l’arrivée des premiers réfugiés d’Asie mineure en 1922, afin de survivre de la famine qui décimait les grandes villes grecques. Leurs proches sur place les ont accueillis les bras ouverts. 
Hélas, la perspective de la joie s’est de nouveau évanouie, parce que de nouvelles
épreuves ont fait irruption dans la vie d’Élisabeth. L’une d’elles, la perte de
son époux, Basile Aga, l’a ainsi menée à la solitude. Ses descendants et ses
amis ont été dispersés sur trois continents différents. Durant cet période, sa
seule consolation était le lien qu’elle entretenait par lettres  avec eux depuis la Grèce.
En raison de la guerre, sa fille Anastasia a fui à Larissa pour être aux côtés de ses
parents. La chance lui a permis d’y trouver un époux et de s’y établir.
Et unjour, sa petite-fille Marina a refait émerger les souvenirs de ses parents et
grands-parents pour les raconter trois générations plus tard.