La nature morte

Durant sa première période la nature morte est son thème de prédilection. Elle lui permet de construire le motif qu'elle désire peindre de façon personnel. Les objets se prêtent mieux que les figures à une analyse approfondie. Elle a la possibilité d'arranger et réarranger interminablement ses objets à la manière d'un metteur en scène. Elle place les fleurs et les fruits à côté des objets afin de surélever et d'exposer leur meilleure face. Ce sont toujours les mêmes témoins de la vie quotidienne dans ses compositions : nappes blanches, carrés de table brodés, fleurs dans des vases en crystal et porcelaine, théières, compotiers de fruits, des crustacés et des coquillages enveloppés et baignés dans un drapé de tissu bleu soyeux qui refuse toute illusion de profondeur sauf quelques petites ouvertures indiquant une perspective aérienne dans un coin en haut de tableau.

Les pommes, oranges, poires, melons et pastèques sont réels et présentés d'un volume et d'un poids en portant leur robe de couleur éclatante. Les fleurs dégagent leur parfum printanier. Les couleurs dominantes sont le rouge flamboyant et le bleu océan. Elle peint la mer Égée. La mer de sa propre patrie, la Grèce. Elle donne l'occasion à chacun d'adopter ce bleu qui appartient à Poseidon et qui caresse tendrement les côtes de son pays mythique. Le pastel est une technique qui rehausse l'aspect velouté, qui va au-delà de l'apparence et saisit l'essence même de l'objet. Les natures mortes de Marina Vamvakas émergent une impression de recherche d'harmonie, de plongée dans une formidable composition de formes.



E-mail : cmv@brutele.be